Choix de la licence

Envoyer
Écrit par Yza   
Dimanche, 15 Février 2009

logo copyleft

Comme indiqué en bas du site, son contenu est placé sous Licence Art Libre.

Qu'est ce que cela signifie ?

Le droit d'auteur est, à la base, très restrictif sur les usages que les tiers peuvent faire des oeuvres. Comme je ne suis pas inscrite à a SACEM ni à aucune autre SPRD (société de perception et de redistribution des droits) dont les statuts sont incompatibles avec ce choix, j'ai opté pour une dffusion sous licence ouverte : la Licence Art Libre.  Elle vous permet de "copier, de diffuser et de transformer librement les oeuvres dans le respect des droits de l'auteur."

Cela me paraît essentiel aujourd'hui  d'ouvrir les droits sur ce que je fais et notamment sur la musique. Il me parait de plus en plus absurde de vouloir mettre une quelconque barrière à sa circulation c'est comme vouloir empêcher l'air de circuler librement dans l'atmosphère.

 

Pourquoi avoir choisi cette licence ?

En dehors du fait que je la trouve particulièrement bien adaptée aux usages numériques actuels, elle permet de construire d'autres oeuvres collaboratives beaucoup plus facilement. Elle est concue pour cela à la base :

Si, en règle générale, l'application du droit d'auteur conduit à restreindre l'accès aux oeuvres de l'esprit, la Licence Art Libre, au contraire, le favorise. L'intention est d'autoriser l'utilisation des ressources d'une oeuvre ; créer de nouvelles conditions de création pour amplifier les possibilités de création. La Licence Art Libre permet d'avoir jouissance des oeuvres tout en reconnaissant les droits et les responsabilités de chacun.

Pour quel contenu ?

Tout le contenu : aussi bien les textes, que les musiques, que les éléments graphiques dont je suis l'auteure. Dans certains cas, je peux faire référence à des travaux d'autres personnes dont le choix de licence sera différent.

Et l'argent dans tout ça ?

C'est une question qui revient souvent : "la rémunération des artistes". Déjà artiste est un bien grand mot, tout comme œuvre, mais bon admettons.

Certains craignent qu' en utilisant une licence permissive comme la LAL ils ne soient spoliés par un tiers (typiquement une maison de disque) qui pourrait, à leur insu, faire de l'argent avec leur production. La licence art libre est comme on dit virale, c'est à dire que si cela devait arriver, le tiers en question serait dans l'obligation de ne pas verrouiller les œuvres placées sous cette licence et de bien faire figurer cette licence et les droits associés (libres copie, diffusion et transformation) de ne pas placer d'exclusivité, même sur une œuvre dérivée sans que la licence suive. Cela rend tout de suite les choses moins attractives pour les fanatiques du profit facile.

En ce qui me concerne, je ne m'interdis pas, un jour, de faire commerce de manière artisanale, autour de mes "oeuvres" (CD et autres produits dérivés). Mais à l'heure actuelle j'ai trop peu de production pour que cela ait un sens.

 

Licence

Sauf mention contraire, le contenu de ce site est sous licence art libre